L’indien dans la nuit blanche de Didier Levy

Derrière une aventure de cow-boy et Indien, on devine une relation conflictuelle entre deux frères qui s’affrontent. Les couleurs chaudes, les illustrations volontairement désorganisées explosent sur la double page, évoquant la chaleur de l’Ouest américain et le désordre de la guerre. On est en plein imaginaire enfantin, fait de liberté sur fond de vie quotidienne. Même si le cow-boy et l’Indien font la paix sous la table, ou plutôt dans le tipi, comme des frères, le ton n’est pas moralisateur. La dispute est à peine présente. On en devine la souffrance, d’abord chez l’un et ensuite chez l’autre quand la nuit tombe. Mais c’est l’imagination qui prime et transcende la tristesse. Le texte tout en retenue contraste avec la force des illustrations. Grande délicatesse dans le traitement du thème.
Un album exceptionnel, tant du point de vue de l’image que du style, à lire à partir de 6-7 ans. (Dominique Bovesse pour Libbylit)

Lire la suite