La bande désirée : club de lecture BD adulte – 08/10

Vous aimez la BD dans tous ses états ? Vous pensez en avoir fait le tour ou vous manquez d’idées de lectures ? Rejoignez notre club de lecture BD pour adultes (A partir de 18 ans).

A chaque séance : 1 thème, 3 BD (tous genres confondus), 2 heures pour en parler, échanger, découvrir, partager des coups de coeur, exprimer votre avis dans une ambiance détendue, conviviale et stimulante. N’hésitez pas à nous rejoindre un soir ou à nous envoyez votre mail pour plus d’infos (tom.desmaele@ixelles.brussels)

Tous les 2 ème jeudis du mois de 19h à 21h

Prochaine séance: 8 octobre 2020

 

 

 

Erwann de Mayen et Cozic

Erwann veut faire du skate depuis toujours après avoir admiré son grand frère pendant des années. Malheureusement, la disparition de Jeff dans une avalanche rend le sujet sensible à la maison.
Mais Erwann persévère, même en cachette de sa mère et découvre le skatepark avec ses lois et ses nouveaux amis.

Malgré une entrée en matière assez lourde avec le décès du grand frère, cette histoire reste légère et traite de plusieurs sujets avec délicatesse et simplicité. Deux tomes sont déjà sortis et on attend la suite avec impatience.

Lire la suite

Ecolila : Fable écologique à l’usage de l’amour d’un père pour sa fille de François Olislaeger

C’est l’histoire d’une balade intimiste entre un père et sa fille de 5 ans.  Lui, le père, a été un enfant des champs, élevé au grand air, au milieu de la nature et loin des tracas de la ville. Par contre, Lila, sa fille est une pure citadine, habitant Mexico, l’une des plus grandes mégapoles au monde.  Aussi, pour se retrouver un peu au calme, ils se réfugient dans le parc de Chapultepec.  Tout au long de leur balade, le père va essayer de transmettre son amour de la nature à sa fille et, elle, lui rappeler par ses jeux d’enfants l’importance de la relation présente aux personnes et aux choses qui nous entourent.  Une balade est à la fois intime (dans le relation père/fille), foisonnante (dans l’atmosphère), organique (dans le dessin) et engagée (dans le propos) !

Au-delà de tout militantisme, ce superbe livre éminemment graphique ouvre des portes sur l’évolution de notre société et de notre planète face aux changements que nous avons provoqués. Une sensibilité à fleur de crayon, un cri éco-graphique poussé à l’intention de nos enfants !
Sélection au FIBD d’Angoulême.

Lire la suite

Sabre d’Eric Feres

15.000 ans avant notre ère, durant le Pléistocène, la Terre connaît une période de glaciation. Dans un lieu encore épargné par le froid, un étrange éclair s’abat une nuit au sommet d’une montagne. A l’intérieur d’une grotte naissent au même moment trois tigres à dents de sabre. L’un d’eux, Sabre, est particulièrement différent des autres… Malgré la méfiance du reste de la meute, le nouveau-né va pourtant être de toutes leurs aventures au rythme des saisons changeantes !

Un récit muet de 250 pages !, dans un format à l’italienne, aux dessins et aux couleurs magnifiques. Drôle, poétique, émouvant même avec des pointes d’humour réconfortantes dans ce monde sans pitié. On s’attache à ce petit tigre malingre et maladroit, moche comme un dessin de Sfar, et on se laisse porter par son voyage en espérant à chaque page qu’il survive à la page suivante.
On vogue ici dans la BD très haut de gamme, dans les eaux du fantastique travail de Jens Harder (Alpha… directions, Beta … civilisations) ou des BD muettes de Grégory Panaccionne (Un océan d’amour, âme perdue). Même si le but du livre demeure un peu obscur (métaphore de l’évolution?), le voyage reste dépaysant.

Lire la suite

La Forêt des Renards Pendus de Nicolas Dumontheuil, d’après un roman d’Arto Paasilinna

Rafael Juntunen a réussi un braquage, dont il a tiré quatre lingots d’or, mais qui vit son complice se faire arrêter. Ledit complice, un fou sanguinaire, va bientôt sortir de prison, bien décidé à récupérer sa part du magot, là où Rafael n’a aucunement l’intention de lâcher le grisbi. Il s’enfuit donc, au nord, toujours plus au nord, au fin fond de la Laponie, dans la forêt des renard pendus. Bientôt rejoint, malgré lui, par un major de l’armée complètement alcoolique ayant décidé de prendre une année sabbatique dans un chalet de bûcheron loué pour l’occasion. Ce dernier l’invite à s’installer avec lui. A ce premier couple, vient se greffer une nonagénaire lapone, la plus vieille Lapone skolte au monde ! fuguant avec son chat sous le bras la maison de retraite dans laquelle la bonne société veut la placer. Et, entre ce trio loufoque et maintes péripéties, dans ce huis clos nordique, un flic corruptible, deux prostituées affectueuses, un renard curieux surnommé « 500 balles » et même quelques touristes allemands. Au cœur de cette nature sauvage, ils vont progressivement équiper leur cahute de tout le confort (Sauna, bagnoire, hifi, etc.) grâce à l’or de Rafaël. Tout semble aller pour le mieux dans ce petit paradis lapon mais même dans le grand nord, la civilisation vous retrouve toujours !

Pour les amateurs comme moi de Paasilinna (Le lièvre de Vatanen, Petits suicides entre amis), cette adaptation fidèle du roman éponyme, a gardé toute sa saveur, son humour décalé, son ironie et ses personnages burlesques défiant la morale coutumière. Le tout sur un ton entièrement assumé de joyeuse immoralité, car ici la luxure est délicate, la corruption est badine, le crime désinvolte. Perdus au milieu de nul part, nos héros anti-conventionnels se découvriront un attachement sincère en une amitié inattendue. On s’attache d’autant plus à ses personnages, à l’affection qui naîtra entre eux, qu’ils sont eux même sans attache, décidés pour un temps à se couper du monde extérieur.
L’écueil des adaptations littéraires est bien connu : accoucher d’un album bavard. Même si certains descriptifs, surtout au début de l’histoire, peuvent l’être un peu et paraître redondants avec l’image, dans l’ensemble cela n’est pas gênant. Cela nous permet par ailleurs de conserver le recul nécessaire pour apprécier le burlesque des situations présentées et les dialogues ne sonnent pas faux, bien au contraire. Le rythme de l’album est haletant, N. Dumontheuil ayant su élaguer la matière initiale pour n’en garder qu’une substantifique moelle trépidante.

Lire la suite

Vers la ville de Tom Gauld

« Une nouvelle vie s’offre à vous. Installez-vous en ville ! » : Le prospectus en main, les deux héros de Vers la ville décident de tout abandonner. Quelle direction prendre ? Peu importe : les routes sont faites pour relier les villes, il doit donc y avoir une ville à chaque bout…De cette errance semée de pluie et de petits tracas, Tom Gauld tire le plus tendre des récits initiatiques. Pour pimenter leur quête, aucun bandit ni tornade, juste l’aventure au quotidien ou le quotidien de l’aventure qu’importe.

Tom Gauld est d’abord un prodigieux conteur, et on retrouve avec bonheur l’humour absurde, tout en finesse et en nuances.  Un minimalisme maîtrisé, humain, vulnérable, drôle, romantique.  Simplement bon !

Lire la suite

Mars de Fabcaro et Fabrice Erre

Quand la France, dans le but de reconquérir sa place de nation phare et de retrouver sa grandeur d’antan, essaye d’envoyer une fusée sur Mars équipée d’un moteur de Twingo, la volonté et le chauvinisme y sont mais ce n’est pas gagné pour autant 

Une série de strips hilarants de ce duo d’auteurs habitué à la parodie.  Un humour plus « adulte » que dans « Z comme Don Diego », le propos contemporain (politique, téléréalité), les références actuelles, le ton dans l’époque (très sixties), sans pour autant négliger le bébête qui fonctionne à merveille, et surtout l’absurde délicieux.
Lisez, c’est léger, drôle et sans prétention sinon de vous faire rire !

Lire la suite