Novembre : Mois du Doc

Exposition « Mois du doc » du 16 au 24 novembre

Accessible pendant les heures d’ouvertures de la bibliothèque

Mercredi 17 novembre en collaboration avec l’asbl Siréas

19h projection et 20h30 vernissage

Projection « NOS JEUNESSES PERDUES » réalisé par Eric D’Agostino.

Ce film nous plonge, de manière unique et exceptionnelle, dans l’univers méconnu d’une prison de jeunes mineurs délinquants en Belgique. Il nous entraine dans un huit clos pénitentiaire, à la rencontre de jeunes dits « dessaisis » qui ne bénéficient plus du cadre de « protection de la jeunesse » dès lors assimilés à des adultes. Par cette immersion, on découvre un présent confiné et suspendu entre passés meurtris et avenirs incertains.

A 20h30 : Vernissage de l’Exposition de photographie :

ENVOLUTION est le nom qui a été choisi par des détenus de la prison de Dinant participant à un groupe de réflexion se réunissant une fois par semaine pour discuter, réfléchir et émettre des avis sur la vie en collectivité et sur ses conditions quotidiennes de détention au sein de la prison. 

L’ensemble des participants s’est exprimé à travers un projet multimédia : photographies, récits de vie, dessins, interviews audio. Par ces outils, c’est un point de vue entier qu’ils ont souhaité exprimer. Comment ? A partir d’un partage de sentiments, de sensations, de raisonnements. Pourquoi ? Afin d’amener progressivement la société à adopter un autre regard sur les prisons ; offrir la parole à ceux et celles que l’on n’entend (presque) jamais ; amener une prise de conscience pour plus d’humanité et de progrès dans le système carcéral en Belgique. 

« Rien n’est solitaire, tout est solidaire » [Dernier jour d’un condamné à mort – Victor HUGO].

Mercredi 24 novembre

En collaboration avec l’asbl Siréas

A 10h00 : Projection « NOS JEUNESSES PERDUES » réalisé par Eric D’Agostino.

Ce film nous plonge, de manière unique et exceptionnelle, dans l’univers méconnu d’une prison de jeunes mineurs délinquants en Belgique. Il nous entraine dans un huit clos pénitentiaire, à la rencontre de jeunes dits « dessaisis » qui ne bénéficient plus du cadre de « protection de la jeunesse » dès lors assimilés à des adultes. Par cette immersion, on découvre un présent confiné et suspendu entre passés meurtris et avenirs incertains.

Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Les commentaires sont fermés.