L’amant japonais de Isabel Allende

À 80 ans passés, Alma quitte sa demeure pour rejoindre une élégante résidence pour personnes âgées de San Francisco. Là elle rencontre Irina, une infirmière moldave avec qui elle se lie d’amitié.
Son petit-fils, Seth tombe aussi sous le charme alors qu’il vient récolter son histoire familiale auprès d’Alma. Celle-ci se prête au jeu et raconte sa vie depuis sa fuite de la Pologne dans les années 30 et surtout son amour pour Icheimi, le fils du jardinier.

Isabel Allende nous offre un roman sans son habituel réalisme magique mais toujours avec poésie et humour. On y parle d’une partie de l’Histoire qu’on n’apprend pas à l’école: l’enfermement en camp des japonais vivant sur le territoire américain pendant la seconde guerre mondiale.
On y trouve aussi deux histoires d’amour qui se passe à deux périodes complètement différentes mais qui nous tient jusqu’au mot final.

L’amant japonais / Allende, Isabel; éd. Grasset, 2016

Cette critique vous donne envie de lire le livre ? Vous voudriez l’emprunter ou le réserver ? Retrouvez-le ici

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.