En attendant Bojangles d’Ingrid Chabbert et Carole Maurel

Sous le regard émerveillé de leur fils, une couple danse sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, que la magie perdure, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

A l’occasion de la sortie du film (avec Virginie Efira et Romain Duris), Steinkis republie la BD parue en novembre 2017 adaptation du roman éponyme à succès d’Olivier Bourdeaut.

Du côté pile, c’est une adaptation littéraire et il est toujours difficile de condenser l’esprit d’un bouquin, mais les deux auteurs s’en sortent plutôt bien, avec un scénario dont l’esprit est respecté. Bien sûr, on aurait aimé plus de textes pour capter davantage la quintessence de l’œuvre, avec une voix off donnant les sentiments du petit garçon, qui assiste au délire fantasmatique de ses parents jusqu’à la déchéance de sa mère sans comprendre ce qui arrive, sans pouvoir aider ou aimer puisqu’il semble presque transparent dans ce trio, malheureusement, tristement transparent.

On a de l’espoir pour cette famille, leur projet de vivre comme bon leur semble, pour la fête et le plaisir, on voudrait que ça marche, on y croit. Et puis, l’auteur nous emmène de l’autre côté du rideau, de coté de la réalité médicale, sociale, institutionnelle et là, on déchante un peu mais on continue à y croire jusqu’à la fin. Un tel amour inconditionnel et partagé doit triompher, les étoiles et la musique ne jamais s’éteindre. Mais, ceux qui ont été amoureux le savent, tous les contes de fées ne se terminent pas toujours bien !

Du côté face, le dessin virevoltant illustre parfaitement l’atmosphère bohème du livre, avec une douce fantaisie, l’air insouciant des années 30′. Histoire (et même les traits des deux personnages principaux) qui n’est pas sans rappeler la vie de l’écrivain Scott Fitzgerald et de sa muse Zelda ou encore l’écume des jours de Boris Vian.

Une œuvre magnifique, émouvante, fraiche, subtile et pleine de vie. A lire et à rêver !

Tom

Lire la suite

La désolation d’Appollo et Christophe Gautier

Evariste a quitté la Réunion pour fuir le conformisme de sa vie avec Amandine. Il embarque sur le « Marion Dufresne » pour accompagner une mission scientifique dans les Terres australes et antarctiques françaises (Iles Kerguelen). La traversée, l’arrivée à Port-aux-français, tout avait bien commencé ; jusqu’à une expédition où le groupe est violemment attaqué.
Perdu au milieu de l’immensité d’un paysage glacé de cette île de la désolation, prisonnier d’une troupe de personnages hagards et brutaux, il va vivre son expérience physique et intérieure la plus extrême…

Surprenant ! Une lecture qui démarre simplement pour basculer vers une totale surprise scénaristique. Le résumé laisse présager le cœur de l’histoire mais pas la violence qui s’en dégage ! Un graphisme très contrasté renforçant une certaine tension dans le récit, insinuant une ambiance à la fois anxiogène et froide un peu à la manière de Charles Burns (Black Hole).

Les grandes cases aérées rendent néanmoins la lecture fluide et dynamique. Un bémol, on peut avoir un peu de mal à s’attacher au personnage principal, assez antipathique.

Une idée originale. La survie de l’espèce serait-elle possible par un retour à la simplicité ? Le scénariste pose un regard sur le survivalisme, sur les questions existentielles que l’on se pose souvent, sur la prise de conscience, puis la place de l’Homme, et de sa modernité envahissante qui épuise la planète. Dès lors, la préservation d’une espèce ne vaut-elle pas quelques sacrifices ?

Une bd qui vous laisse une marque sur la joue bien après sa lecture

Tom

Lire la suite

Polly de Fabrice Melquiot et Isabelle Pralong

Magnifique roman graphique !

Polly se cherche. Les autres trouvent.

Polly nait différent.e. Les autres imposent.

Polly voudrait choisir d’être l’ensemble.

Mais l’ensemble est une quête bourrée d’obstacles, bourrée d’obtus.

Il lui faut abdiquer, il faudra assumer.

Et quels dégâts ça fait de ne pas être soi ?

Le nom ziziette est ridicule, n’entendez-vous pas sa rage qui hurle !

Petit à petit, les regards qui se posent. Les regards qui insistent. Et Le corps qui s’abime…

L’esprit se brouille.

Juste avant l’éclaircie!

Qui dit que tout se vit.

Que tout s’assume. Et qu’iel existe.

A présent libéré.e des étiquettes, iel tente son envol !

Et je peux vous jurer, qu’une ziziette qui vole c’est splendide !

Énorme coup de cœur ! Pour le texte ! Pour la typographie ! Pour les couleurs ! Pour le trait ! Et pour le cœur !

Anne-So

Lire la suite

Ecoute, jolie Marcia de Marcello Quintanilha

Alerte ! Enorme coup de cœur pour ce roman graphique !

Je l’ai dévoré englouti !

Epaisse et gourmande en illustrations, cette bande-dessinée m’a autant plu qu’une bonne tarte au citron meringuée (et Dieu sait que j’aime ça) ! Tout à la fois acide et douce !

Si ses dessins vous offrent une palette de tons pastels, ne vous y trompez pas, ses personnages et son texte vous percutent de plein fouet !

On y trouve de la gouaille, on n’y mâche pas ses mots, c’est énergique et plein de culot !

Vous serez, comme je l’ai été, transportés en pleine région de Rio. Y ferez la connaissance de Marcia, infirmière de caractère ! Aimante et empathique, sa vie est loin d’être aussi rose que le quatrième de couverture de ce livre… Sa fille Jaqueline lui fait vivre un enfer, tandis qu’heureusement Aluisio ensoleille son quotidien et adoucit ses peines.

Sous couvert de trafics, de quartiers populaires et de violence, cette histoire regorge malgré tout d’énormément d’amour. Celui que Marcia éprouve pour sa fille, pour son métier, pour ses amies et pour son homme.

On est pris par l’histoire, on la traverse avec elle. On s’émeut, on s’interpelle, on se rassure ou l’on s’inquiète. On est pris d’affection pour elle et cela jusqu’au bout !

Une réussite !

Vivifiant !

Anne-So

Lire la suite

Le don de Rachel d’Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerk

Voici le parfait roman visuel à lire par temps de pluie ou les pieds en éventail en plein été, pour s’évader le temps d’une petite heure !

L’héroïne est peu commune et l’histoire, fantastique…

Rachel, aux yeux bleus absolus et hypnotiques, nous embarque avec elle en plein cœur de son environnement, empli de voyance et de magie.

Femme aux dons divinatoires, celle-ci (vous vous en doutez) ne sera pas appréciée de son époque. Utilisée, moquée ou même niée, elle nous fait entrevoir le Paris de 1848, le Copenhague de 1980, mais aussi le Londres du XXIe siècle…

Elle nous permet la rencontre de bien des personnages (connus ou moins connus, réels ou inventés) tels que Victor Hugo, Alexandre Dumas, Liv Nexo ou encore Virginia Day, aussi divertissants et intéressants les uns que les autres, et participants de près ou de loin à l’existence de cette femme Rachel Archer.

Ainsi, si Rachel est un personnage fictif, sa vie s’inspire toutefois des plus grands médiums et magnétiseurs de ce siècle, mais également des plus grands noms de la littérature française !

Le texte est très lisible et facile d’accès. Les couleurs y sont vraiment belles, et les illustrations très chouettes ! J’ai dévoré les pages avec avidité ! Un délice !

Anne-So

Lire la suite

Stupor Mundi de Néjib

Fin du Moyen Âge. Un savant fuyant Bagdad trouve refuge à la cour de l’empereur Frédéric II (surnommé La Stupeur du Monde) pour travailler sur sa nouvelle invention : l’ancêtre de la photographie. Car si la Camera Obscura est connue depuis des milliers d’années, personne ne sait comment fixer l’image sur un support. Et le souverain compte bien profiter de cette découverte pour asseoir son pouvoir. Mais pour cela, il faudra que notre scientifique lutte contre l’obscurantisme de certains, pour qui l’art de faire des images est un don de Dieu, et celui qui tente de se substituer à lui, voué à un châtiment exemplaire.

Voilà une histoire haletante où l’auteur s’amuse à tisser des liens avec notre époque (un certain Sigismond qui aide à se souvenir de ses rêves, un héros qui ressemble physiquement et par son arrogance au célèbre footballeur Zlatan…) et traite du sujet très contemporain de la lutte de la science contre les superstitions.

Un trait réduit à l’essentiel pour une histoire passionnante de bout en bout.

Grégoire (club BD)

Lire la suite

Préférence système d’Ugo Bienvenu

« Chaque homme dans sa vie assiste à la fin d’un monde. » Et en 2055 ce temps est venu pour Yves, archiviste chargé de défendre de l’effacement les œuvres de notre patrimoine au profit de téraoctets de photos et vidéos de notre vie quotidienne. Car la place manque dans le serveur général, et pourquoi garder « 2001 » de Kubrick, s’il n’est que si rarement consulté ?

Une situation qui met Yves face à un terrible dilemme, car faire une copie de ces fichiers est passible d’une lourde peine…

Voilà un livre qui offre un récit aux nombreux rebondissements et interroge notre rapport à la culture et à la transmission dans une dystopie pas si lointaine. On y aborde aussi la place de l’intelligence artificielle d’une façon subtile et le dessin, qui pourra paraître froid, colle vraiment au sujet d’une façon dynamique et acérée.

Une belle découverte.

Grégoire (club BD)

Lire la suite

J’ai tué Adolf Hitler de Jason

Imaginez qu’un vieil homme vous demande de revenir 70 ans en arrière pour tuer Adolf Hitler, mais qu’à la moindre erreur vous risquiez de ne plus pouvoir rentrer… Eh bien c’est exactement ce qui arrive à notre héros, un tueur à gages laconique aux affaires pourtant florissantes, mais qui peine à donner un sens à sa vie.

Comme toujours chez Jason, un humour pince-sans-rire qui tombe juste, un don pour croquer l’absurdité de la condition humaine en quelques scènes, et ici, une bonne dose de suspense !

Un style minimaliste qui fait mouche et un ton qui plaira aux amateurs de Kaurismaki et autres boute-en-train venus du grand Nord.

Grégoire (club BD)

Lire la suite

Moi, assassin d’Antonio Altarriba et Keko

Enrique est professeur d’Histoire de l’Art à l’université du Pays Basque. Spécialiste de la représentation de la cruauté, son expertise force le respect, et pour cause ! Car c’est aussi un assassin méthodique qui tente de sublimer sa pulsion en donnant un sens artistique à ses crimes.

Altarriba nous gratifie d’un scénario machiavélique bourré de références artistiques captivantes et doté d’une fine description du petit monde égotiste universitaire. Keko et son noir et blanc virtuose et puissant, parfois entaché de rouge sang, nous plonge dans cette psyché malsaine avec talent.

On pense à « La corde » d’Hitchcock pour le sujet, à Will Eisner et Alberto Breccia pour le dessin. Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains !

Grégoire (club BD)

Lire la suite

Walk me to the corner d’Anneli Furmark

Ce soir-là et tous les jours d’après, c’est un cataclysme intérieur qui fait son arrivée. Qui va prendre son temps…

Une tornade de tourments, d’anxiétés nocturnes et trombes de sentiments. Tout se combat, tout cohabitent.

Lors d’une soirée sans bien grande importance, la vie d’Elise va s’emballer…

Mariée depuis 23 ans à Henrik et mère de deux enfants, Elise la cinquantaine y rencontre Dagmar… Son cœur aussi.

Cette femme, inconnue jusqu’alors, va bouleverser son existence.

La routine se grippe, les messages s’échangent, les baisers surtout.

Le mariage bat de l’aile, aussi fort qu’il était son ancrage. Pour une femme…

Et lui que va-t-il faire ?

Une histoire pleine de délicatesse, dont les dessins et l’écriture ne laissent pas le lecteur indifférent. Que du contraire…

On y partage les doutes, on y partage la fièvre. On y lit la tristesse, en ressent la colère.

Si différents les couples soient-ils, l’histoire d’amour, la routine, les brisures et le charme restent bien souvent similaires…

Très belle bande dessinée adulte (dont le titre provient d’un texte du non moins talentueux, Léonard Cohen !). J’ai adoré !

Anne-So

Lire la suite

Blue Flag de Kaito

Taichi, Tôma et Futaba se retrouve tous les trois dans la même classe. Futaba est amoureuse de Tôma qui est grand, beau, drôle et gentil mais elle est beaucoup trop timide pour se déclarer. Elle demande de l’aide à Taichi, qui est l’ami d’enfance de Tôma. Bien qu’ils se soient un peu perdus de vue, Taichi accepte de l’aider à se rapprocher de Tôma et prendre confiance en elle. Evidemment, un triangle amoureux se met en place mais… qui aime qui finalement?

Une jolie histoire bouclée en 8 tomes qui parle d’amour sans être révolutionnaire dans la narration principale mais ce sont les sujets secondaires abordés qui en font sa force. Chaque personnage a un caractère à soi qu’ils soient primaires, secondaires voire même tertiaires!

Dès 12 ans

Judith

Lire la suite

Chez toi : Athènes 2016 de Sandrine Martin

Tout commence en 2016…

Une bande-dessinée qui nous emmène en Grèce où deux mondes cohabitent…

Celui de la ville et de ses habitants. Leurs habitudes, leurs quartiers, leurs cafés, leurs métiers, leurs tracas…

Et puis celui des camps. Et des gens qui y vivent et portent leurs courage et leurs histoires à bout de bras. Entassant le peu d’affaires qu’ils ont et leurs souvenirs sous les tentes…

Ultime abri pour refuge sans confort.

Fatigués, déçus, perdus, mais qui rêvent d’Angleterre, d’Allemagne et d’un énième voyage…

Dans ce roman graphique ces deux mondes se croisent, se côtoient, s’ignorent ou se soutiennent.

Deux femmes, aux histoires bien distinctes s’y lieront d’amitié. Monika, femme grecque, mariée et mère de famille, sage-femme chez Médecins du monde. Et Mona qui a quitté sa Syrie au bras de Souleymane, venant d’apprendre qu’elle porte la vie…

BD adulte.

Les illustrations crayonnées sont magnifiques, les personnages très attachants, et l’histoire vraie pour encore tant de gens.

Sandrine Martin nous offre en complément en fin de livre, quelques recherches documentaires qui ancrent le récit dans le réel.

J’ai adoré. Très prenant.

Anne-So

Lire la suite

Le Jardin, Paris de Camille Geniller

Le jardin est un célèbre cabaret parisien dans les années 20. Chaque danseuse porte un nom de fleur et Rose fait ses débuts sur la scène. Sa particularité est que Rose est un jeune homme de presque 18 ans. Timide et peu sûr de lui, il enflamme pourtant la scène au point d’avoir très rapidement un habitué qui ne vient que pour le voir. Une relation se crée entre eux, mais jusqu’où va-t-elle mener?

Dans cette magnifique bande dessinée, on découvre une histoire douce et superbement illustrée. Au final, le genre des personnages importe peu et on se laisse transporter par les décors et les tenues incroyables dans un Paris du 1920 tolérant.

Judith

Lire la suite

Dans le sens du vent: Nord, Nord-Ouest de Aki Irie

Kei Miyama, un détective indépendant de 17 ans, vit avec son grand-père français en Islande. Comme les autres hommes de sa famille, il dispose d’un pouvoir atypique. Le sien consiste à pouvoir communiquer avec les appareils électriques et les automobiles. Mais sa vie bascule soudainement lorsqu’un détective japonais en congés sur l’ile lui annonce l’assassinat de son oncle et sa tante par le propre frère de Kei. Qui croire ? Convaincu de l’innocence de ce dernier, le jeune détective va mener l’enquête.

Régulièrement cité parmi les meilleurs mangas publiés récemment au Japon, Dans le sens du vent – Nord, Nord-Ouest interpelle par son dessin très majestueux et poétique, ses lignes allongées et ses paysages islandais oniriques. Un voyage dans la culture et les paysages islandais.

Une histoire bien éloignée des standards du manga. Il tient à la fois du guide touristique, de l’aventure et du suspense avec une pointe de fantastique et de romance. Vous le fermerez avec une furieuse envie de visiter l’Islande !

Tom

Lire la suite

Je crois que mon fils est gay d’Okura

Tomoko Aoyama est mère de deux garçons. Son fils aîné, Hiroko a l’air de cacher quelque chose mais Tomoko est assez fine observatrice et se doute qu’il est gay. Par contre, il ne semble pas prêt à en parler à son entourage. Tomoko, respectueuse, attend patiemment qu’il soit prêt tout en lui faisant comprendre à demi-mot que ce n’est pas un problème.

Cette histoire est écrite très simplement avec beaucoup de bienveillance et de réalisme. Tomoko est tout le contraire d’une mère étouffante et veille gentiment sur son fils. On peut aussi voir qu’elle se questionne sur ce qu’implique la sexualité de son fils et remet en questions certaines choses qu’elle lui a dites et qui auraient pu avoir une incidence négative pour lui.

À mettre entre toutes les mains que l’on fasse partie de la communauté LGBT+ ou non.

À partir de 8 ans

Judith

Lire la suite