Carbone et Silicium de Mathieu Bablet

2046. La population humaine vieillissante a construit des robots pour prendre soin d’elle. Carbone et Silicium sont les prototypes d’une nouvelle génération d’intelligence artificielle (I.A.) dites « forte » c’est à dire évolutive.

Avides de découvrir le monde extérieur, ils s’échappent de l’emprise de leurs créateurs et se retrouvent séparés durant plusieurs siècles ponctués de catastrophes climatiques et de bouleversements dans la société humaine.

En s’émancipant, ils vont devenir plus humains que les êtres humains devenus hyperconnectés s’étant ainsi coupé de leurs émotions, jusqu’à ne plus y avoir accès en dehors du virtuel ! Réapprenons à nous reconnecter à nos émotions, à nous-même naturellement. Ode au voyage, à la découverte du monde, à la liberté et la tolérance. Réflexion sur la vie, l’immortalité, la conscience, le libre arbitre ; bref un chef d’œuvre philosophique et intemporel !

Avec, en prime, et ce n’est pas rien, une postface d’Alain Damasio (La zone du dehors, la horde du contrevent) lui même.

Ceux qui ont aimés Ghost in the shell, Shangri-La, Blade runner, et même les baleines publiques de Bom (Broussaille tome 1) s’y retrouveront.

Tom

Carbone et Silicium / Bablet, Mathieu. – Ankama, 2020

Cette critique vous donne envie de lire le livre ? Vous voudriez l’emprunter ou le réserver ? Retrouvez-le ici

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.